Contact

Alex BEOSCHAT

 

Espace Santé Santorin

181 rue Clément Ader

27000 Evreux

 

Tél : 06.58 .00. 24. 56

Mail: antares-therapie@outlook.fr

Un chemin

vers la connaissance de soi, de l'autre, du monde

     C'est ici que j'ai choisi de vous livrer une partie de mon histoire, de mon parcours de vie, de mes expériences. Peut-être vous retrouverez-vous dans ces lignes, dans mes mots, peut être cela fera t-il écho en vous: les mots ont le pouvoir de réveiller des émotions, de se reconnecter à soi.

De l'être sensible, aux épreuves de vie, du parcours professionnel à l'ouverture aux énergies, c'est cette partie de mon chemin qui fait de moi ce que je suis et toute la richesse que je mets au service des autres.

 

une sensibilité au service des autres

    J’ai toujours eu une sensibilité particulière qui m'a amené à m'interroger et à percevoir le monde, l'être humain et les relations inter et intra personnelles avec un regard différent. J'avais la sensation de ressentir l'autre au-delà des apparences, de percevoir ses émotions, sa souffrance, son âme ce qui entrainait parfois un décalage entre ce que je « voyais » de l’autre et ce qu’il exprimait de son être au quotidien. Cela m’a permis de comprendre que lorsqu’une personne a un comportement « agressif », il y a très souvent derrière une grande blessure (dont elle n’a pas toujours conscience).

      Avoir une sensibilité accrue n’a pas toujours été facile, car je ressentais les douleurs des autres. Au fil du temps, j’ai appris à mieux connaitre mes propres émotions, à les discerner de celles des personnes qui m’entouraient. Cela m’a permis de développer une réelle empathie. Je suis aujourd’hui capable de ressentir les émotions et les douleurs qui ne m’appartiennent pas, sans pour autant qu’elles ne m’affectent. Cela est d’une grande aide lorsque j’accompagne une personne.

     D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours fait attention aux autres (souvent bien plus que je n’étais attentif à mes propres besoins). Etant très timide durant ma jeunesse, j’ai été beaucoup 

dans l’observation et j’allais spontanément vers les personnes dont je ressentais qu’elles pouvaient avoir besoin d’être soutenue. Être à l'écoute, réconforter, aider a toujours été naturel : être là pour l'autre et prendre soin. Pour beaucoup dans mon entourage, j’étais une personne ressource vers laquelle on se tournait pour être conseillé et soutenu, un peu comme un grand frère, un père à qui on viendrai se confier

     Aujourd’hui, je fais de cette sensibilité une force au service des personnes que  j’accompagne.

 

Les épreuves de vie :

des expériences vers une plus grande compréhension

     Qui n’a jamais connu dans sa vie des épreuves, des coups durs, des défis à relever ?  Comme beaucoup, je n’échappe pas à cette règle et à l’image de la rivière, ma vie a connu des moments de calme et des moments plus tourmentés (décès d’un parent, maladie, violence physique et psychique, agression, ruptures douloureuses, isolement, opération qui tourne mal, harcèlement, perte d’emploi …).  Pour autant, aujourd’hui je ne les perçois plus comme des épreuves mais comme des expériences. Elles ont été nécessaires à mon évolution, à la compréhension des choses plus en profondeur, pour me permettre de les dépasser.  Elles m’ont parfois permis aussi d’aller plonger dans mes zones d’ombre pour y mettre de la lumière. C’est, je crois dans les expériences les plus douloureuses que j’ai grandi et appris le plus sur moi, sur l’être humain et sur la vie. J’ai appris que chaque expérience est une chance d’avancer et de comprendre. Cela n’est pas forcément possible, ni facile sur le moment, mais il y a toujours quelque chose de positif qui nous permet d’en ressortir grandi : c’est souvent bien après que la leçon est révélée. C’est dans les « épreuves » que l’on va puiser en soi les ressources qui deviennent parfois des révélations.  Je comprends aujourd’hui à quel point tout ce que j’ai pu vivre a contribué à me préparer à ce que j’allais pouvoir apporter autour de moi.  

 

Un parcours professionnel tourné vers le prendre soin

     J’ai toujours su que je voulais faire un métier tourné vers les autres. C’est donc naturellement que mon chemin m’a amené vers des études d’ergothérapie dont je suis sorti diplômé en 1999, tout en sachant déjà à l‘époque que je ne ferai pas ce métier toute ma vie. Par la suite j'ai effectué des remplacements dans différents centres de rééducation, avant de poser mes valises en Normandie. J'ai alors travaillé 7 ans au sein d'une unité d'évaluation de réentrainement et d'orientation socioprofessionnelle (UEROS), auprès d'un public cérébrolésé (principalement traumatisme crânien), puis 11 ans au sein d’EHPAD . et 3 ans sur l’hôpital de Vernon. Durant ces années, j'ai accompagné de nombreuses personnes en individuel et en groupe, tant sur le plan cognitif que physique, psychoémotionnel et relationnel. Toutefois, même si l'ergothérapie permet d'avoir une vision et un accompagnement global de la personne, j'avais le sentiment de "bloquer" sur des situations alors que je sentais au fond de moi qu'il y avait d'autres solutions possibles.

  Bien que de formation scientifique, avec de bonnes capacités d'observation et d'analyse, je suis également un créatif, sensible, curieux, et ouvert à mes ressentis. Je me suis donc formé et 

intéressé de près à différentes  techniques, que ce soit sur mon temps personnel ou dans le cadre de la formation continue (kinésiologie, réflexologie plantaire, auriculothérapie, décodage biologique, approche systémique, psychogénéalogie, Reiki, fleurs de Bach, EFT, PNL, CNV et bien d'autres encore...). Je n'ai jamais été exclusif dans mes approches, ni pensé qu’une était meilleure qu’une autre. J’ai simplement pris connaissance, intégré, réinterrogé, remis en cause et fait des liens entre elles pour permettre une meilleure qualité de mon accompagnement.

 

     J’ai eu la chance de pouvoir utiliser ces approches au sein de mes différents emplois, avec un accord médical, que ce soit pour les accompagnements de fin de vie, les douleurs physiques comme les douleurs psychiques. En juin 2018, j’obtiens l’autorisation d’intervenir 1 journée par semaine auprès du personnel du CH Eureseine pour leur proposer des soins énergétiques. L’agenda se rempli vite, montrant les besoins d’un personnel hospitalier en souffrance. Depuis juillet 2019, 2 jours par semaine sont maintenant dédiés aux soins énergétiques sur l’hôpital.  Parallèlement, j’interviens dans le groupe bientraitance de l’hôpital pour proposer un projet chaque année, dans l’objectif d’amener à une prise de conscience du prendre soin de soi et de l’autre. On m’a toujours dit que j’étais un ergothérapeute atypique, et je crois que dans mon métier comme dans ma vie, je n’ai jamais réussi à rentrer dans les cases. Cela n’a pas toujours été facile à vivre, car lorsque l’on pense différemment, que l’on propose de s’aventurer sur des chemins qui ne sont pas encore tracés cela dérange parfois. Pour autant, j’ai eu sur mon parcours des personnes qui ont aussi accepté de me suivre ou du moins de s’ouvrir à voir les choses sous un autre angle et je crois que le projet le plus fou mais dont je garde les meilleurs souvenirs c’est lorsqu’avec des collègues et amies, nous avons fait le pari fou de monter une comédie musicale avec les résidents d’un ehpad. Plus de 100 personnes présentes lors de l’unique représentation et des sourires sur les visages. Tout cela aura peut-être contribué un peu à une ouverture, un regard différent dans le monde médical et médico-social.

            Si j’aime accompagner les personnes vers un mieux être général, j’aime aussi transmettre, partager, amener les personnes à trouver les clés, découvrir leur potentiel. Lorsque j’étais étudiant, j’ai entrainé une équipe de volley féminie pendant 2 ans. Cela a été une révélation sur le plaisir de coacher, partager ma passion, enseigner et transmettre. Depuis, j’ai eu l’occasion d’intervenir en tant que formateur occasionnel dans des cadres différents avec toujours le même plaisir. 

 

     Durant tout ce chemin professionnel, j’ai appris à prendre soin et non à soigner, à amener les personnes à trouver leur propre réponse, leur propre clé, à reprendre le pouvoir de leur vie. Je ne viens pas guérir, je suis un médiateur, un facilitateur, un catalyseur à leur propre guérison. Je souhaite permettre à chacun de s’éveiller à sa propre conscience. A ce moment-là alors, le miracle peut se produire.  

     Après avoir apporté mon savoir faire et mon savoir être dans les milieux de soin et auprès de mon entourage, j’ai décidé en 2018 d’ouvrir mon entreprise pour offrir mes services en dehors du monde médical en tant que thérapeute holistique et énergéticien.

 

Un chemin d'ouverture aux énergies et aux mondes subtils

        Je crois que j’ai toujours perçu au fond de moi les énergies et les mondes plus subtils. Les autres me voyaient comme un grand rêveur. J’ai passé une bonne partie de ma jeunesse à réfléchir à de nombreux sujets autour du monde, de l’être humain, du sens de la vie, tout en ayant ce sentiment profond que je ne venais pas de cette planète. Il m’arrivait souvent de « savoir », sans pour autant comprendre d’où me venaient ces certitudes qui parfois pouvaient même me sembler absurdes. Ce n’est que bien plus tard que j’ai pris appris qu’il s’agissait de clairconnaissance

       Ma « rencontre » en conscience avec les énergies s’est faite bien plus tard, à la suite d’une opération où je cicatrisais très mal et où je suis allé voir un magnétiseur. En sortant de chez lui, mes mains ont commencé à me brûler, à picoter et je me suis intéressé alors de plus près à cette approche. J’ai pris conscience à ce moment-là que je pouvais soulager les douleurs : Cela a été le début de mon travail avec les énergies. Le décès de ma mère en 2005 a été une des épreuves les plus difficiles à vivre sur mon chemin. On dit souvent qu’un choc (physique ou psychique) peut faire remonter des choses à la surface qui étaient profondément enfouies. Dans mon cas, cela est venu réveiller des capacités latentes à ressentir et travailler avec les énergies.

     Par la suite, je me suis formé au Reiki et j’ai commencé à pratiquer plus en conscience. Pour autant, je me rends compte aujourd’hui que très rapidement les soins énergétiques que je faisais étaient bien différents du Reiki : ils sont la synthèse de mes différentes connaissances et de mes capacités et au fur et à mesure de l’avancée sur mon chemin ils évoluent. Avec le temps mes capacités extrasensorielles se développent. Je ne suis pas un médium pur, mais comme chacun j’ai la capacité de percevoir et ressentir les choses. Chez moi, cela se traduit sous forme visuelle (qu’il s’agisse de clairvoyance ou bien d’informations vibratoires transformée en images symboliques), mais également sous forme de clairconnaissance et clairsentience. C’est avec l’expérience que j’ai appris à comprendre ce que chaque chose que je percevais pouvait signifier et le travail que j’avais à effectuer. Pour autant, je reste toujours très prudent sur ce que je peux « voir et ressentir » car j’ai conscience que mes filtres personnels peuvent rentrer en résonnance. On a beau être le plus neutre possible, on n’en reste pas moins humain. L’important est d’en avoir conscience et de n’imposer aucune façon de voir comme étant une vérité absolue. J’ai d’ailleurs souvent tendance à penser qu’il n’y a de vérité que celle qui se sait incomplète.   

      Je n’ai pas toujours facilement accepté ce chemin et j’ai souvent fermé la porte aux énergies et à mes ressentis. Il était assez difficile pour moi, dans ce monde où il fallait rentrer dans une case, de passer pour un extraterrestre, quelqu’un de « perché ». Il fut une époque où il suffisait simplement de parler de vie antérieure pour être catalogué d’illuminé. Aujourd’hui, les choses ont évolué et nombreux sont ceux qui prennent conscience qu’il existe autre chose que ce que nos yeux voient et que la réalité est peut-être différente de ce que l’on nous a appris. L’essor de la physique quantique, développée par des scientifiques (gage de sérieux pour notre société) permet sans doute en partie cette ouverture d’esprit. C’est ainsi, le monde a encore besoin d’explications pour pouvoir croire et un jour, il nous suffira juste de se réveiller à notre ressenti pour accepter tout simplement.

Quoi qu’il en soit, à chaque fois que j’ai voulu arrêter de travailler avec les énergies, la vie m’a ramené dans ce chemin. Aujourd’hui je l’ai enfin accepté pleinement. J’ai compris qu’il faisait partie de ma mission. J’ai longtemps pensé que j’étais là pour aider à guérir et soigner. Aujourd’hui je comprends que je suis là pour aider l’être humain à avancer sur son propre chemin, passer à l’étape d’après, à s’éveiller à sa conscience, à se libérer pour naitre enfin à son soi authentique et profond.